fbpx
Quel est l'impact de nos smartphones sur l’environnement ?
2358
post-template-default,single,single-post,postid-2358,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-16.9,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.5,vc_responsive
 

Quel est l’impact de nos smartphones sur l’environnement ?

les smartphones et les iphones polluent

Quel est l’impact de nos smartphones sur l’environnement ?

C’est un objet incontournable de notre quotidien mais son utilisation n’est pas sans conséquence sur l’environnement. De sa fabrication à son recyclage en passant par son utilisation, nos smartphones contribuent massivement aux émissions de gaz à effet de serre.

 

Sa fabrication :

80 % de l’impact sur l’environnement d’un smartphone est dû à l’extraction des minerais nécessaires à sa fabrication. Il faut plus d’une cinquantaine de métaux différents pour un seul téléphone. L’extraction de ces métaux engendre la destruction de la biodiversité et la pollution de l’eau, de l’air et des sols. A titre d’exemple, en Chine, l’exploitation du néodyme entraîne le rejet d’eau acide et de déchets fortement radioactifs.

Selon une récente étude de l’ADEME sur le sujet (2018), la fabrication d’un smartphone représenterait quatre tours du monde. Entre l’extraction des matières premières en Amérique Latine, en Australie, en Asie et en Afrique, l’assemblage en Chine, la conception aux Etats Unis et la livraison aux 4 coins du monde… son empreinte carbone est épouvantable.

Outre son impact sur l’environnement, la conception d’un smartphone implique le travail des enfants. En République Démocratique du Congo, 40 000 enfants travaillent dans les mines de cobalt. En Chine, la moitié des employés des usines de fabrication sont des enfants de moins de 16 ans.

 

Son utilisation :

C’est la consommation énergétique liée à l’utilisation d’un smartphone qui est polluante. Le chargement de la batterie, l’alimentation des infrastructures de réseaux téléphoniques ou encore l’utilisation du Cloud demande un important volume d’électricité. Or cette l’électricité est en grande partie obtenue à partir de ressources non renouvelables.

 

Son recyclage :

En France, 20 millions de smartphones sont vendus chaque année. Dans 88% des cas de rachat, les anciens téléphones sont encore en état de fonctionner. Seulement 15% d’entre eux sont recyclés. La plus grande majorité sont stockés dans nos tiroirs (quand ils ne sont pas jetés à la poubelle ou dans la nature).

Autre problème et pas des moindres, le recyclage d’un smartphone est compliqué et encore peu développé. Sur la cinquantaine de matériaux qui le compose, moins de la moitié est recyclée.

 

Quelques pistes pour lutter contre ce gaspillage :

  • Revoir notre mode de consommation. « Si chacun augmentait la durée de vie de son téléphone de 50 % ou 100 %, cela aurait un vrai impact » explique Françoise ­Berthoud, chercheuse au CNRS. Ainsi, on éviterait la production de nouveaux appareils.
  • Choisir l’occasion: aujourd’hui de nombreux sites comme BackMarket ou Magic Recycle, reconditionnent les vieux appareils pour les revendre à des prix défiants toute concurrence. Ces sites spécialisés proposent aussi de racheter vos anciens smartphones.
  • Lorsqu’ils sont encore en état, il est possible de les revendre, les donner à une association ou encore les ramener à son opérateur,
  • Opter pour un téléphone durable comme le Fairphone, un téléphone à réparer soi-même car les pièces sont détachables (et donc réparables).

 

Il est temps d’agir, de consommer responsable et d’adopter certains réflexes. Chez Oui Recycle, nous recyclons les cartouches d’encre, qui sont tout aussi polluantes que les smartphones. En plus de faire un geste pour la planète, vous faites un geste solidaire. Une cartouche recyclée c’est jusqu’à deux euros reversés à la JPA pour permettre aux enfants de partir en vacances.

 

 

No Comments

Post A Comment